Foire agricole de Kinshasa

L’Academie des beaux arts vibre au rythme de la Foire Agricole Internationale de Kinshasa

 

Engouement des gens, stands dans le secteur agricole, banques, stands des entreprises publiques et privées, visiteurs… telle est l’ambiance ce lundi 21 août 2017 qui caractérise l’Académie des Beaux-Arts à Kinshasa/Gombe.

Il s’agit de la 2ème édition de la Foire agricole internationale de Kinshasa, organisée par le gouvernement provincial de la capitale, précisément le ministère de l’Agriculture que dirige Magloire Kabemba, et sous le haut patronage du Chef de l’État Joseph Kabila Kabange.

Cette édition qui a pour thème principal  » Entreprendre, Innover et Investir », vise à encourager les investissements dans le secteur agricole de la ville de Kinshasa en particulier, en République démocratique du Congo en général.

Marc Uytterhaegen, superviseur de l’Agriculture et Élevage de la ferme Espoir, a montré l’importance de l’agriculture surtout pour un pays comme la RDC.

« Le Congo importe 4 milliards de dollars des vivres chaque annee. Au lieu de dépenser pareilles sommes d’argent, tant mieux la garder au Congo en investissant dans ce secteur », a-t-il dit.

Il rappelle que dans les années 60, 70% des revenus de la RDC étaient dans l’agriculture. Elle exportait l’huile de palme, le maïs et autres jusqu’à la zaïrinisation.

« Le Congo était une puissance économique, agricole », ajoute-t-il.

Il indique que maintenant, les ressources du Congo sont basées sur les matières premières. Et quand les coûts des matières premières baissent, il y a catastrophe pour l’économie nationale.

Pour lui, l’agriculture donne l’emploi et nourrit la population.
Dans chacune de nos fermes, c’est entre 200 et 600 employés. C’est-à-dire, 200 à 600 foyers qui sont nourris.
La RDC est capable de se faire nourrir et nourrir une partie de l’Afrique.

Rappelons que cette activité a pour objectif d’inciter les opérateurs économiques étrangers et nationaux à développer des projets de transformation des produits agricoles dans le souci de leur donner une valeur ajoutée.

Clément Muamba

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*