Now Reading:
Monique Mukuna pour une enquête internationale au Kasaï
Full Article 3 minutes read

Monique Mukuna pour une enquête internationale au Kasaï

La problématique de la double nationalité qui refait surface sur la scène politique congolaise, le bras de fer entre l’ONU et Kinshasa sur la question d’une enquête internationale et indépendante… toutes ces questions n’ont pas laissé indifférente une Congolaise, candidate déclarée à la prochaine présidentielle en République démocratique du Congo, Monique Mukuna.

Cette dernière soutient l’idée d’une enquête internationale au Kasaï, du fait qu’il y a eu beaucoup de morts à l’Est du pays, et la RDC n’a jamais mené véritablement une enquête sérieuse ni puni les coupables.

Elle s’est, en effet, confiée au micro de Times.cd mercredi 21 juin 2017.

 » Comment voulez vous que l’on puisse leur faire confiance dans ce qui se passe au Kasaï ? » s’interroge-t-elle, ajoutant que si la vie des Congolais n’a pas de valeur pour les dirigeants de la RDC, il n’en est pas de même pour d’autres pays et institutions. « Croyez-moi, cette affaire va faire boule de neige et une bonne chance aux coupables ».

Elle précise qu’aujourd’hui, « nous avons à la tête du gouvernement des opposants qui sont bizarrement très silencieux alors qu’il y a quelques temps, durant leur combat, ils criaient haut et fort être du coté du peuple. Ce peuple pour lequel vous dites vous être battus pendant des années a besoin de vous aujourd’hui que vous avez le pouvoir, rendez-lui justice! », s’exclame-t-elle.

Elle renseigne qu’il ne faut pas être un prophète pour lire les signes du temps en RDC. Plus les choses sont tirées en longueur, plus il y aura beaucoup de fautes qui confirmeront une fois de plus qu’il vaut mieux quitter les choses avant que les choses ne vous quittent ! Les Nations-Unies doivent rendre compte aux familles des disparus sur ce qui s’est vraiment passé avec leurs experts tués atrocement. Ce n’est que normal. Sinon, « que vont penser les autres fonctionnaires ? », s’interroge cette Congolaise.

Et de poursuivre, « qu’ils mettent leurs vies en danger pour qu’une institution de ce niveau que sont les Nations-Unies ne fasse pas cas de leur vie en cas de problème ? Ils ne le font pas parce que cela concerne la RDC. Même si cela était en France ou en Angleterre, ils auraient insisté pour mener cette enquête ».

Elle dit ne pas être surprise de la position de 13 autres pays africains qui sont contre une enquête internationale.  » Une honte et l’histoire retiendra ».

Pour elle, la classe politique congolaise doit arrêter de vouloir paraitre plus sage et plus instruite à ses propres yeux: « Aujourd’hui, je suis dans la majorité présidentielle, il m’est permis d’avoir une double nationalité. Demain, je deviens gênant. Il me l’est reproché. Que vous soyez de la majorité ou de l’opposition ou de la société civile avec votre double nationalité, vous n’êtes pas éligibles et vous feriez mieux de vous aligner à ce qui constitue le pilier de notre nation ».

Elle souhaite que ce jeu de Ping pong s’arrête à un certain moment, car il n’amuse plus personne.
Times.cd

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.