Actualité

Monique Mukuna: « Kabila profite de la cupidité de nos frères »

 
Domiciliée en RDC mais souvent à l’étranger pour des raisons de son travail, Monique Mukuna Mutombo, 43 ans, a affiché ses ambitions d’être candidate indépendante à la prochaine élection présidentielle et briguer la magistrature suprême. Responsable morale de la plateforme RDC Nouvel Horizon, elle s’est confiée à Times.cd pour partager son opinion par rapport aux différents sujets d’actualité en RDC.

De son point de vue, « ce serait un grand miracle pour les Congolais que les élections se tiennent cette année « .
Q. La CENI a lancé le dimanche 28 mai le processus d’enrôlement à Kinshasa. 969 centres sont prévus pour trois mois à travers toute la capitale. Êtes-vous sûre que c’est suffisant pour une aussi grande agglomération ?

R. Le nombre de bureaux sur 3 mois, peut être gérable si la CENI est bien préparée et organisée à gérer le flux de la population qui pourrait se décourager de se faire enrôler si cela doit leur prendre beaucoup de temps, et comme vous le savez, le Kinois vit au jour le jour
Une journée passée à s’inscrire, est une journée complètement perdue ! Malheureusement c’est ça le cas, les files d’attente n’en finissent pas devant les centres d’inscriptions. J’espère seulement que cela n’est pas fait exprès pour que le nombre d’enrôlés soit très bas dans Kinshasa qui a la réputation d’être le fief de l’opposition !

Q. L’UE et les USA viennent de sanctionner les officiels congolais les reprochant de graves violations des droits de l’homme et d’entrave à la bonne marche du processus électoral. Est-ce la meilleure solution pour faire plier Kinshasa ?

R. La question n’est pas de savoir si c’était la meilleure solution ou pas, mais, vue la situation que traverse notre pays, tous les moyens sont les bienvenus pour permettre à la RDC de voir enfin des jalons de la démocratie être posés. Il faut que l’on puisse casser avec cette mauvaise habitude régionale, sauf en Tanzanie, Zambie et au Kenya, qui veut qu’une fois au pouvoir, c’est parti pour l’infini. L’expérience démontre à présent qu’avec des militaires à la tête d’un pays, une Nation perd son sens, les institutions n’ont plus de raison d’être et c’est la loi des armes qui s’installe. Ces sanctions devraient être un début de beaucoup d’autres plus sévères qui nous aideraient à nous retrouver comme une Nation.

Q. Après plusieurs mois de violences, Joseph Kabila s’est rendu personnellement au Kasaï. Quel est le sens de ce déplacement ? Est-ce la fin de l’horreur chez les Luba ?

Vous savez, ce qui se passe au Kasaï, de même que ce qui s’est passé à l’Est, est inadmissible ! La visite du chef de l’Etat devrait être celle de rassurer la population locale sur la poursuite et la condamnation de vrais coupables, pas des boucs émissaires. Le drapeau de la RDC devrait être mis en berne et un deuil national être décrété sur l’étendue du territoire. En plus de cela, je suis curieuse de connaitre les mesures prises pour tous ces déplacés, et celles pour récupérer les armes qui ont été distribuées de façon mystérieuse à la population. Beaucoup de questions passent par ma tête : Pourquoi cette visite seulement maintenant ? Kamwena Nsapu, sa mort cache quoi exactement ? La version de la découverte des gisements des terres rares qui serait la cause de tous ces morts et celle de la nomination comme récompense de certaines personnes, qu’en est-il ?

Une visite ne suffit pas si elle ne donne pas de vraies réponses et qu’elle ne trouve pas de solutions réelles sur la cause de toute cette atrocité et si elle ne console pas les familles des victimes d’une façon plus concrète

Q. L’enrôlement n’est pas encore effectif sur toute l’étendue du pays, et la CENI n’a pas encore publié le calendrier électoral. Croyez- vous à la tenue des élections d’ici fin 2017 ?

R. Ça serait un grand miracle pour tous les Congolais que les élections se tiennent cette année-ci ! Attendons voir… Peut-être qu’un sursaut de nationalisme soudain ferait que malgré les apparences, un calendrier va très vite être publié et respecté pour cette année !

Q. Vous êtes moins connue du grand public, en tant que candidate présidente de la République. Quelle est la recette pour vous faire connaitre avant les élections?

R. Je suis déjà très contente que vous, vous me connaissiez ! Plus sérieusement, je suis très surprise positivement du travail que mon équipe a abattu, je les en remercie. Cela fait une année seulement que j’ai annoncé ma candidature, le résultat est au-delà de nos prévisions ! Pour une personne qui n’a jamais été au devant de la scène politique, qui n’a pas exercé de métier public et qui ne vient pas d’une famille de politiques… Je ne sous estime pas le travail qui reste à faire et nous avons une stratégie qui va de plus en plus aller crescendo, qui va porter les fruits escomptés sans aucun problème.

Q. Quelle analyse faites-vous de l’accord de la Saint Sylvestre dans sa mise en œuvre par le Président de la République Joseph Kabila ?

R. Je vais juste vous répondre sincèrement et prendre une complète responsabilité de ce que je vais vous dire : Je serai poussée à parler de Joseph Kabila mais, la faute incombe entièrement à l’opposition encore une fois. Si certains opposants qui se dévoilent de plus en plus chaque jour qui passe, ne jouaient pas le jeu de la Majorité présidentielle dans le noir, nous aurions eu nos élections à la fin de l’année passée. La cupidité de nos politiciens a fait qu’aujourd’hui, le peuple ne sait pas à quel saint se vouer. Dialogue après dialogue, la corruption a eu son dernier mot et le résultat est là : Aucune institution légitime, les droits de l’homme bafoués, des fosses communes et j’en passe. Pensez-vous que le président est tenté d’appliquer une quelconque résolution qui va très vite le faire partir, lui et son entourage, de leurs fonctions ? Kabila profite de la cupidité ainsi que du manque de nationalisme de nos compatriotes

Q. Quelles sont les chances que vous donnez au gouvernement Bruno Tshibala ?

R. Il y a juste quelques mois que cette question que vous me posez aurait été obsolète !
Qui aurait cru, n’est-ce pas ? De grands opposants permettre à Kabila de prolonger son mandat insidieusement ! Donner une chance au gouvernement Tshibala ? Je vais juste vous donner des indications et à vous de conclure : Pour quelques mois seulement, un gouvernement de 59 ministres, s’attaquer aux reformes et problèmes sociaux comme le chômage chez les jeunes, réformes fiscales… qui prendront au minimum deux ans pour en voir les retombées, promettre des élections en 2017 alors que nous sommes déjà au mois de Juin et qu’aucun calendrier n’est publié… Je me répète, Kabila profite de la cupidité et du manque de nationalisme de nos frères.

Q. Sindika Dokolo et Moïse Katumbi sont également des candidats déclarés à la présidentielle en RDC. Les deux noms ne vous font-ils pas peur?

R. Il en faut beaucoup, beaucoup plus que cela pour me faire peur ou m’impressionner ! Je respecte l’Angola mais je respecte beaucoup plus encore la RDC mon pays. J’aurais espéré que les bruits, vrais ou faux, de bottes des troupes angolaises pour aider notre pays à être libéré, ne soient sans cette contre-partie Dokolo que je ne connais pas personnellement, mais qui aurait eu mieux à faire en défendant nos frères chaque fois expulsés comme des malfrats de l’Angola, son pays d’accueil.
L’histoire ressemble dangéreusement à celle de M’zée Kabila qui nous avait en son temps emmené des rwandais « libérateurs » qui, aujourd’hui, sont notre malheur. Je fais confiance aux Congolais : la même erreur deux fois, ce n’est plus une erreur mais une stupidité. Monsieur Moise a son combat, tout le monde est libre de se présenter. Au moment opportun, le peuple décidera. Je sais surtout que la pauvreté qui sévit actuellement dans notre pays fait du peuple congolais, malheureusement, une proie facile qui voudrait que celui qui donne de la farine, à manger, de l’argent, semble être un sauveur pour une journée, deux jours, pas plus. Ce que le peuple oublie souvent c’est que chaque centime dépensé peut se transformer en malheur pour beaucoup d’années, en pleurs et souffrances sans fin…

J’ai juste envie d’emmener une nouvelle façon de faire les choses en tant que Congolaise à 100%. La campagne lancée, nous en parlerons en profondeur. Merci !

Propos recueillis par Times. cd

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top