Fridolin Ambongo « le fameux plan B n’est pas encore à exclure »

Le vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo(CENCO) Fridolin Ambongo fustige la « mauvaise foi » des politiques  congolais et remet toute la situation entre les mains de Dieu pour le jour de clôture des travaux de l’arrangement particulier au centre interdiocésain.

Dénonce la « mauvaise foi » des acteurs politiques prenant part aux discussions en cours sur la mise en application de l’accord du 31 décembre 2016 dernier.

« Comme vous le savez, le mode d’adoption des décisions dans ce genre des concertations n’est pas la majorité mais plutôt le consensus. Or, obtenir le consensus parfois c’est difficile. Mais il faut aussi noter que les politiciens ne font pas toujours montre de bonne foi et ça met en épreuve notre patience de pasteur« s’est indigné Monseigneur Fridolin Ambongo.

Il précise par ailleurs que le fameux plan B n’est pas encore à exclure au cas où l’église constatera que ses efforts pour amener les protagonistes à un consensus n’auront produit aucun résultat. Il l’a déclaré ce dimanche 22 janvier dans la soirée au sortir de la salle des discussions au centre interdiocésain de Kinshasa.

Laisser un commentaire