Actualité

Rdc-politique : Le G7, Une anné d’existence déjà !

Le G7 totalise ce mercredi 13 octobre jour pour jour, une année d’existence. C’était un certain 13 octobre 2015 qu’un Groupe des leaders de sept partis politiques de la Majorité présidentielle « MP » avait officiellement décidé de quitter  cette coalition, après avoir adressé, à trois reprises (fin février, début mars et mi-septembre), des correspondances au chef de l’État Joseph Kabila, lui demandant de respecter la Constitution.

En effet, la bande à Gabriel Kyungu, Charles Mwando Nsimba, Olivier Kamitatu, Pierre Lumbi, José Endundo, Christophe Lutundula  quittait Joseph Kabila au détriment de Moïse Katumbi pour l’alternance politique en Rdc.
Ces gros calibres étaient catégoriquement opposés à un troisième mandat de Joseph Kabila, et à un quelconque glissement.

Selon la Majorité présidentielle, c’était un manque de respect vis-à-vis de l’autorité morale à qui le G7 a prêté les intentions de vouloir demeurer au pouvoir au-delà du délai constitutionnel.
Quant à Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, les membres du G7 s’étaient « auto-exclus » de la MP.

Et des démissions ont été enregistrées en cascade, tant aux bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat, qu’au gouvernement central, aux exécutifs et provinciaux.
Tous les partis politiques membres du G7 ont été dédoublés, car certaines personnalités ont refusé d’obéir « aveuglément » au mot d’ordre de leurs leaders, le cas de Bienvenu Liyota, à l’époque ministre de l’Environnement et cadre du Parti démocrate chrétien (PDC) de José Endundo. Des sigles et dénominations des partis du G7 se retrouvent jusqu’à ce jour à la Majorité présidentielle.
Vers mi-mai, cette plateforme déclarée de l’Opposition a publiquement annoncé son soutien à la candidature de Moïse Katumbi à la prochaine présidentielle, au terme d’un conclave de trois jours tenu à Kinshasa.
Juste après, ce regroupement politique s’est retrouvé en Belgique, à Genval, autour de Tshisekedi, pour monter la méga plateforme baptisée « Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement », pour soutenir le respect de la Constitution en RDC quant à la tenue de l’élection du président de la République.
A une année de combat, le G7 est resté solidaire, uni, soudé. Aucun départ n’est enregistré. Mais son candidat à la magistrature suprême, Moïse Katumbi, a de sérieux ennuis judiciaires en RDC, depuis qu’il a changé de casquette.

J.Times

Click to comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top