Actualité

RDC –dialogue politique: Un gouvernement de large union nationale en gestation

Vaut mieux la fin d’une chose que son commencement dit-on. La fin du dialogue politique nationale  commence à tirer un peu à longueur, pour principale raison : Les concessions politiques en vue de trouver une solution à la crise politique.

A en croire les dernières interventions médiatiques des délégués de la majorité et de l’opposition au dialogue politique national et inclusif, sur l’accord politique qui doit être signé, la majorité brandie et défende son draft pour une gestion consensuelle, l’opposition regard tourné vers les élections pour l’alternance pacifique au pouvoir. Qu’en est-il de la société civile ?

En effet, le point qui divise les parties prenantes sont notamment le 9ième chapitre  portant essentiellement sur le gouvernement de large union nationale que doit dirigé l’opposition, la durée de la transition et les dates précises des scrutins dans un calendrier bien élaboré.

N’est ce pas là tout droit vers la confirmation de la thèse selon la quelle Vital Kamerhe serait allé à ce forum pour occuper la primature et de jouer la carte de Joseph Kabila. L’union pour la démocratie et le progrès social « UDPS » d’Etienne Tshisekedi n’a pas jusqu’ici dit son dernier mot si et seulement l’avertissement du 19, 20 septembre dernier.

Noter que ce document, dont le contenu est basé sur l’organisation d’élections crédibles et apaisées en RDC, préconise une période intérimaire pendant laquelle un nouveau gouvernement de large d’union nationale va gérer le pays sous la direction de l’actuel chef de l’Etat jusqu’à l’installation du nouveau président de la République élu.

Le document souligne par ailleurs qu’il sera procédé immédiatement après la signature du présent accord et dans un délai de trente (30) jour, le Président Kabila doit impérativement nommer un premier ministre qui a son va faire  nouveau gouvernement de large union nationale comprenant les représentants de la Majorité présidentielle, de l’opposition politique et de la société civile.

Pendant cette période d’après le 19 décembre 2016, le président Joseph Kabila reste en fonction jusqu’à l’installation du nouveau président de la République élu conformément à la décision de la cour constitutionnelle en interprétation de l’article 70 de la constitution sur son Arrêt du 262 du 11 mai 2016 de la Cour constitutionnelle.

J.Times

 

 

1 Comment

Laisser un commentaire

Most Popular

To Top